L'excision

C'est quoi, l'excision?
Officiellement, l'excision se réfère aux mutilations génitales féminines. Selon l’organisation mondiale de la santé (l'OMS) elles recouvrent toutes les interventions incluant l'ablation partielle ou totale des organes génitaux externes de la femme ou toute autre lésion des organes génitaux féminins qui sont pratiquées pour des raisons non médicales.


Les types de mutilation
L’OMS distingue 4 formes de mutilation:  
Type 1: l’ablation totale ou partielle du clitoris, appelée clitoridectomie ;
Type 2: l’ablation totale ou partielle du clitoris et des petites lèvres, avec ou sans l’ablation des grandes lèvres, appelée excision ;
Type 3: le rétrécissement du vagin en procédant par l’ablation des petites et/ou des grandes lèvres d’abord, puis en les cousant les unes aux autres, avec ou sans ablation du clitoris, appelée infibulation, la forme la plus radicale et qui cause le plus de séquences sur les survivantes.

Type 4: toute autre pratique néfaste sur les organes génitaux féminins sans un but médical, comme  des piqures, des piercing, des brulures, etc.

 

Illustrations de type 1, 2 et 3 sont à télécharger sur Pharos, Download PDF, pag 55 (en Anglais).
 

Eventuelles conséquences de l’excision
à court terme:

  • douleurs indescriptibles pour toutes

  • perte de sang

  • difficultés d’uriner

  • tomber en choc

  • le decès


à long terme:

  • cauchemar

  • le replis sur soi, colère et ou tristesse subites

  • douleurs pendant les rapports sexuels, vaginisme

  • manque d’envie de sexe, peur pour le sexe

  • difficulté de saignement menstruel

  • douleurs excessives pendant la menstruation

  • infections à l’appareil urinaire

  • complications pendant la grossesse et l’accouchement


L’histoire de l’excision

Depuis les temps et dans toutes les sociétés les femmes sont soumises à toutes sortes de critères de beauté et autour de la sexualité. L’excision est une illustration radicale d’une telle règle. Plus tard la religion a commencé à jouer un rôle dans le maintien de cette tradition. Ci-dessous figurent quelques idées qui, selon les protagonistes, justifient la pratique de l’excision:
 

  • « c’est notre culture « 

  • « l’islam recommande l’excision »

  • « le clitoris apporte de la malédiction »

  • « une femme excisée est belle et propre »

  • « une fille excisée trouve facilement un bon mari »

 

Les pays à risque

L’excision est pratiquée dans 26 pays de l’Afrique subsaharienne, 15 pays dans le Moyen-Orient et l’Asie, et dans 2 pays en Amérique du Sud.
En fait l’excision est pratiquée partout au monde, y compris les Pays- Bas. Car les migrants apportent leurs traditions dans leurs pays hôtes. Et le type 4 de l’excision est pratiqué partout au monde pour des raisons esthétiques, y compris aux Pays- Bas.

Notre travail concerne l’excision pratiquée sur les mineurs. Cette forme est la plus répandue en Afrique. Sur le site de Pharos (pdf, page 141, en Anglais) vous pouvez trouver une carte qui donne une impression de la prévalence de ce fléau en Afrique.